Menu

Pages

Actualité

Arthrose : causes et symptômes

 
Arthrose : causes et  symptômes ,ARTHROSES  ostéo-arthroses Arthrose de la hanche  coxarthrose   morbus coxæ senilis coxarthrose Arthrose du genou  gonarthrose ménopause Arthrose des mains et des pieds nodosités de Heberden Arthrose vertébrale arthrose cervicale cervicarthrose arthrose lombaire   lombarthrose colonne vertébrale névralgique  périarthrite arthrite  L'arthrose lombaire Spondylarthrite ankylosante   spondylose rhizomélique  Spondylarthrite  ankylosante  rhizomélique  blennorragie ankyloses articulations arthrose de hanche symptômes

Arthrose  définition

Les arthroses, dites aussi ostéo-arthroses, sont des maladies de dégénérescence dues à l'usure des surfaces articulaires.

 Parmi les causes possibles d'arthrose, il faut retenir le rôle plus ou moins important joué par des facteurs de nature constitutionnelle, professionnelle, traumatique, métabolique, endocrinienne, etc.

Coxarthrose : Arthrose de la hanche

 Dite aussi coxarthrose ou morbus coxæ senilis, elle s'observe en général chez des personnes de plus de cinquante ans et débute insidieusement, sans qu'on puisse en préciser la cause.

 Arthrose de hanche symptômes

Les symptômes fonctionnels de la coxarthrose sont représentés par la douleur pendant la marche et par la claudication.

 Les douleurs sont ressenties dès les premiers pas du matin et réapparaissent chaque fois que le patient se remet à marcher après un arrêt.

 Les irrégularités du terrain, comme le fait de monter un escalier, augmentent la douleur qui cède, par contre, pendant le repos au lit. 

 

 La claudication dépend de deux facteurs : la douleur provoquée par la marche et le raccourcissement de la jambe. Celui-ci apparaît en général tardivement et est en partie compensé par la bascule du bassin. 

 

 L'évolution de l'arthrose de la hanche est très lente, avec des crises périodiques après lesquelles on constate toujours une aggravation des conditions du patient; il s'agit toujours d'une maladie assez pénible qui réduit fatalement l'activité du malade, d'autant plus que souvent l'autre hanche finit aussi par être touchée.

 Gonarthrose : Arthrose du genou

 Elle frappe surtout les femmes après la ménopause, favorisée par l'obésité et la présence de veines variqueuses. 

 

 Deux symptômes attirent l'attention : la douleur et l'augmentation du volume du genou. La douleur est vive surtout pendant la marche, et spécialement au cours de la descente d'un escalier; parfois elle est si forte qu'elle bloque à l'improviste le genou, lors d'un mouvement, comme si le jeu articulaire était empêché par un corps étranger. 

 

 L'augmentation de volume du genou n'est pas due à l'inflammation des tissus péri articulaires mais au grossissement des extrémités osseuses. Dans l'ensemble, le genou atteint conserve sa mobilité, et souvent on entend des craquements pendant les mouvements.

Arthrose des mains et des pieds

Elle est caractérisée par des nodosités (dites nodosités de Heberden) qui se forment peu à peu autour des petites articulations entre les phalanges des doigts, des mains et des orteils. 

 

 Ces déformations peuvent parfois être entièrement indolores; plus fréquemment, cependant, elles provoquent une certaine gêne dans les mouvements des doigts et une douleur plus ou moins pénible, ressentie par certains malades comme une sensation de brûlure ou de fourmillement, ou comme une rigidité des doigts. Ces troubles sont plus fréquents le matin.

Arthrose vertébrale

 Les deux sièges de prédilection de l'arthrose de la colonne vertébrale sont la région cervicale (arthrose cervicale ou cervicarthrose) et la région lombaire (arthrose lombaire ou lombarthrose). 

 

 Toute la colonne vertébrale, cependant, peut présenter les excroissances osseuses caractéristiques ou ostéophytes ou becs de perroquet, qui constituent la lésion la plus importante de l'arthrose.

 Symptômes de l'arthrose vertébrale

Le symptôme fondamental de l'arthrose vertébrale est la douleur névralgique qui peut être provoquée en exerçant une pression énergique sur les vertèbres. 

 

 S'il s'agit d'une arthrose cervicale, les signes caractéristiques sont une certaine rigidité de la nuque et les craquements au cours des mouvements de la tête, outre la douleur qui peut être localisée à la colonne vertébrale, ou irradier vers la nuque, la tête, les bras, le thorax et aussi la région précordiale, ressemblant à une angine de poitrine. 

 

 La douleur irradiant à l'épaule provoque une rigidité de cette articulation et, dans ce cas, il faut clairement différencier s'il s'agit d'une simple arthrose cervicale ou d'une arthrite ou d'une périarthrite de l'épaule.

 Dans l'ensemble, l'arthrose cervicale est une maladie assez pénible, souvent très douloureuse et difficile à soigner.

L'arthrose lombaire

 Il est caractérisée par une douleur sourde et continue aux lombes et, assez souvent aussi, périodiquement par une douleur intense le long du nerf sciatique, douleur provoquée par la flexion du tronc en avant. 

 

 Dans certains cas, une crise de lumbago aigu se produit et immobilise le sujet pendant quelques jours. Après un certain temps d'évolution, des déformations apparaissent (effacement de la lordose, cyphoscoliose, etc.).

Spondylarthrite ankylosante ou spondylose rhizomélique

C'est une maladie qui frappe presque toujours les hommes entre vingt et quarante ans. On pense que la cause lointaine ou indirecte de cette maladie est souvent une infection comme la blennorragie ou la tuberculose. 

 

 La douleur est le symptôme qui attire d'abord l'attention du malade : elle commence habituellement au niveau de la première vertèbre lombaire, diffusant vers la racine des membres inférieurs, ou dans la région cervicale.

 Elle est sourde, mais se fait plus intense le matin ou après un effort physique. Pendant longtemps la maladie ne provoque pas d'autres troubles. Après une période de latence qui peut durer plusieurs années, les ankyloses entre les corps vertébraux se manifestent.

 Le blocage débute en général dans la région lombaire, pour s'étendre vers le haut aux vertèbres cervicales. Après que l'ankylose s'est installée, la douleur disparaît peu à peu. L'atrophie des muscles moteurs correspondant aux articulations atteintes est très importante et particulièrement nette au niveau des fesses, de la région lombaire et des cuisses.

  Quand les articulations costo-vertébrales sont concernées par le processus, la gêne respiratoire est importante.

 On peut recourir à de nombreux moyens thérapeutiques (cortisone, salicylés, préparations d'iode, etc.), physiques (roentgen-thérapie, cures thermales), ou orthopédiques, qui parviennent à retarder l'évolution de la maladie et à corriger les déformations qui compromettent le plus la statique et la dynamique de la colonne vertébrale.