Menu

Pages

Actualité

Maladies des articulations


arthritique, arthrites rhumatismales, les articulations

Polyarthrite chronique évolutive

C'est la plus importante parmi toutes les arthrites rhumatismales chroniques, tant par sa fréquence que par les conséquences qu'elle peut avoir, et les nombreux problèmes qu'elle pose sur le plan thérapeutique.

 Anciennement appelée arthrite chronique déformante et plus récemment arthrite rhumatoïde, la maladie a une cause jusqu'à présent encore inconnue.

Les symptômes d'arthrite chronique

 Le début est presque toujours lent et insidieux, avec des douleurs plus ou moins intenses localisées surtout aux petites articulations des mains, accompagnées souvent de troubles circulatoires des extrémités (semblables à ceux de la maladie de Raynaud), de pâleur, d'un amaigrissement, de fatigue et d'un état subfébrile.

 Quelques semaines plus tard, l'atteinte arthritique devient évidente : les articulations concernées sont gonflées, recouvertes d'une peau chaude et rouge; les mouvements sont très douloureux. Après une certaine période qui peut durer des mois et même des années, les déformations articulaires apparaissent : les doigts semblent déviés par rapport à leur axe normal, en « coup de vent », ou bien courbés « en baïonnette ». Avec le temps, les grandes articulations peuvent être atteintes et à la longue immobilisées en position de semi-flexion. Les muscles qui aboutissent aux articulations ankylosées finissent par s'atrophier plus ou moins. Tandis que la peau qui recouvre ces articulations devient mince, lisse, froide. Périodiquement, le processus inflammatoire se réveille pour frapper d'autres articulations ou bien celles qui sont déjà ankylosées; en aggravant ultérieurement les conditions anatomiques et fonctionnelles.

L'évolution  d'arthrite chronique

 La gravité de la maladie est extrêmement variable d'un cas à l'autre; à côté de patients atteints de troubles minimes et de déformations articulaires très légères, il en est d'autres qui présentent des crises périodiques fébriles plus ou moins rapprochées, avec de graves tuméfactions articulaires multiples et des déformations importantes. Il n'est pas rare, chez ces malades, d'observer, en plus de l'altération de l'état général, des lésions des organes internes.

 L'évolution a une durée très variable. Dans certains cas les déformations apparaissent très vite, parfois elles attendent une ou deux décennies. La maladie frappe en particulier les femmes entre trente et quarante ans; dans les pays nordiques, les formes juvéniles sont très fréquentes.

 Les moyens thérapeutiques actuellement disponibles sont nombreux :

  • Ils comprennent le repos complet.

  • Les traitements périodiques ou continus avec les corticostéroïdes.

  • La phénylbutazone, les salicyliques, les sels d'or.

  • Ainsi que les traitements physiques et thermaux.

  • Les déformations les plus importantes peuvent être corrigées par une intervention chirurgicale orthopédique.

arthritique, arthrites rhumatismales, les articulations

Polyarthrite chronique juvenile

Il existe une forme de polyarthrite chronique juvénile qui ressemble parfaitement à celle de l'adulte; mais il en est aussi un autre type auquel on donne le nom de maladie de Chauffard-Still, qui possède des caractéristiques particulières puisque l'arthrite déformante est associée à l'hypertrophie de la rate et des ganglions lymphatiques, avec altération constante de l'état général. La maladie frappe les enfants de deux à huit ans.

Les symptômes polyarthrite chronique juvénile

 Le symptôme le plus marquant est l'atteinte articulaire : les articulations sont tuméfiées mais sans augmentation de la température superficielle, peu douloureuses sauf à la mobilisation, du moins dans les phases initiales. Très souvent l'arthrite apparaît d'une façon symétrique, les articulations le plus souvent atteintes étant les coudes, les poignets, les genoux, les chevilles. Fait important, il n'y a pas de déformation osseuse des extrémités articulaires et les radiographies sont totalement normales. Ensuite, apparaissent les rétractions des tendons, qui fixent les articulations dans des positions vicieuses.

 Les ganglions lymphatiques grossissent au cours des épisodes d'arthrite; la rate et le foie sont constamment gonflés; les petits patients sont pâles et amaigris, avec une expression de tristesse et de découragement sur le visage. Le développement corporel est gravement compromis, et les malades meurent, au bout de quelques mois ou de quelques années, des suites de maladies intercurrentes, représentées en général par des complications pulmonaires.