Menu

Pages

Actualité

bactéries aérobies et la toxine

bactéries: aérobies, Toxines, Bacille

Les bactéries aérobies et la toxine : l’existence de toxines bactériennes a été mise en évidence par Roux et Yersin; au cours de leurs célèbres recherches sur la diphtérie. On désigne sous le nom général de toxines, les produits que les germes sécrètent et qui exercent souvent une action enzymatique extrêmement puissante.

Toxines bactériennes

Si on filtre des cultures de bacilles diphtérique on utilisant une bougie de Chamberland; filtre très fins pour retenir tous les germes; on obtient un filtrat stérile, c’est-à-dire sans bactéries, mais qui conserve pourtant un pouvoir toxique. En effet, injecté a un cobaye, il détermine la mort de l'animal en quelques heures, avec tous les symptômes de l'infection diphtérique; même après que le filtrat a été dilué dans des proportions notables.

Ce sont en effet les matières éliminés par les germes et passés dans le filtrat qui ont agi sur le cobaye inoculé. On appelle exotoxines les toxines qui sont éliminées par les germes et passent dans le milieu de culture. Elles agissent en l'absence complète du microbe qui les a sécrétées.

Les bacilles

Le bacille diphtérique, le bacille botulinique, le bacille tétanique, les bactéries de la gangrène gazeuse; certains germes de la dysenterie entre autres sont capables de former des toxines de ce type. Certaines sont extrêmement puissantes, puisqu'une quantité de l'ordre de 1/10 000e de mg. (et parfois moins encore dans le cas de certaines toxines, comme celles du bacille botulique) suffit à tuer l'animal auquel elles sont injectées.


D'autres microbes ne produisent pas des toxines capables de se propager en dehors d'eux. Ils agissent certes par leurs toxines, mais celles-ci restent enfermées dans le corps de la bactérie. Ils opèrent soit par contact direct, soit par libération des toxines sur place, quand le germe est détruit et se désagrège dans les tissus.


Ces toxines qui restent liées au corps de la bactérie s'appellent endotoxines. Elles sont présentes dans les bactéries les plus communes, comme le bacille de la typhoïde et des paratyphoïdes, le vibrion du choléra et la majeure partie des bacilles de la dysenterie.


De nombreuses toxines, et surtout les exotoxines, peuvent être rendues inactives, c'est-à-dire inoffensives. On peut en outre les transformer en anatoxines; c'est-à-dire en vaccins par l'intermédiaire d'une adjonction de formol à une température donnée.


De cette façon, la substance toxique du bacille diphtérique ou celle du bacille tétanique, traitées au formol et par chauffage, perdent non seulement leur pouvoir toxique mais, injectées sous la peau. Elles déterminent l'apparition d'anticorps grâce auxquels l'organisme pourra répondre avec succès à une agression toxique et éviter la maladie.

Vaccinations

Les vaccinations par anatoxines ont une grande importance dans la protection de la santé; puisqu'elles concernent principalement deux maladies très dangereuses :


  • La diphtérie

  • Tétanos


Dans le cas des bactéries qui ne produisent pas d'exotoxines ou de celles dont les endotoxines sont trop fragiles pour pouvoir être extraites, les vaccinations sont également possibles. On doit vacciner l'individu en lui injectant les corps bactériens eux-mêmes, tués au formol ou par chauffage. Contre eux l'organisme réagit de la même façon. En formant des anticorps protecteurs, actifs contre les bactéries vivantes qui par la suite pourraient l'agresser. C'est le cas de la vaccination contre la coqueluche ou contre la fièvre typhoïde.

Les bactéries aérobies et anaérobies

Les bactéries pathogènes se divisent en deux grandes classes :

  • Les bactéries aérobies

  • Les bactéries anaérobies


Les germes de la diphtérie ou de la coqueluche sont des germes aérobies ; au contraire, ceux du tétanos ou du botulisme, comme ceux de la gangrène gazeuse, sont anaérobies.

Germes aérobies

Les germes aérobies, sont ceux qui puisent l'oxygène nécessaire à leur vie dans l'air ambiant. Les cultures de ces germes peuvent se réaliser seulement en présence d'air. par contre les germes anaérobies, absorbent l'oxygène de la matière organique au milieu le de laquelle ils se développent, et leur culture par des moyens artificiels peut se faire le seulement s'ils sont protégés de l'oxygène de l'atmosphère.

Germes anaérobies

Les germes anaérobies sont dotés d'un pouvoir de fermentation très intense et produisent habituellement des exotoxines assez énergiques. Certaines bactéries peuvent se multiplier soit en présence, soit en absence d'oxygène. Pourvu qu'elles disposent de milieux nutritifs particuliers ; les germes qui ont cette caractéristique s'appellent aérobies anaérobies facultatifs.


Les germes anaérobies ont une grande importance, non seulement parce qu'ils sont souvent pathogènes, mais également par suite de leur action sur le milieu où ils se développent. Ils opèrent, par exemple, des transformations importantes dans les sédiments marins, pour la formation du pétrole. Ils interviennent dans de multiples mécanismes biologiques susceptibles d'applications industrielles, ainsi que dans la production d'antibiotiques

Spirochètes et les spirilles

Les spirochètes et les spirilles représentent des bactéries qui provoquent des maladies, appartenant à un groupe spécialement intéressant. Ses micro-organismes sont équipés, dotés d'une immense mobilité et d'une forme qui est semblable à celle des protozoaires. Pour cette raison, ils ont été considérés comme des êtres de transition entre le monde animal et le monde végétal.


Certains spirochètes sont du reste propagés par des parasites comme les protozoaires. C'est le cas des spirochètes qui provoquent la fièvre récurrente transmise par les poux ou par les tiques.


D'autres spirochètes de type particulier, les leptospires, vivent normalement au détriment des rongeurs ; ils sont éliminés par les urines de ces animaux. Ils ont une vie saprophyte dans des eaux souillées par lesquelles l'homme peut être contaminé. C'est de cette façon que se transmet une jaunisse infectieuse très grave : la leptospirose ictéro-hémorragique. Ainsi que d'autres maladies relativement bénignes dues à d'autres espèces de bactéries.

Le tréponème

Un type particulier de spirochètes, le tréponème, provoque chez l'homme trois maladies distinctes de gravité différente :


  • La syphilis , provoquée par le treponema pallidum, est transmise presque uniquement par contact direct.


  • La framboesia tropicale, observée dans les régions tropicales d'Afrique et d'Amérique, due au treponema pertenue, qui provoque des lésions cutanées et osseuses et qui est transmise essentiellement par les mouches.


  • La pinta ou caraté (observée exclusivement en Amérique tropicale), dont le mode de transmission est inconnu. Elle se manifeste uniquement par des taches pigmentées ou décolorées de la peau qui dessinent des figures bizarres.


Les spirochètes causent de nombreuses maladies, comme par exemple la syphilis. Beaucoup des sels minéraux (sels d'arsenic, sels de bismuth) agissent contre ces maladies et répondent bien à certains antibiotiques, comme la pénicilline.


Les méthodes modernes de traitement doivent permettre de réduire l'incidence de ces maladies et d'éliminer, grâce à une thérapeutique énergétique généralisée, les risques qu'elles font courir à la santé de l'individu et à sa descendance.

bactéries: aérobies, Toxines, Bacille? Bactéries : pathogènes, germe, multiplication, microscopiques, bacille
1. Streptocoques - 2. Pneumocoques - 3. Staphylocoques
A.Bacille de Koch
4. Bacille diphtérique - 5. Bacille de Koch - 6. Bacille typhique.
7. Bacille de tétanos - 8. Spirochète de la fièvre récurrente

Les rickettsies

 Une place à part est occupée par les rickettsies, agents de maladies généralement graves, très souvent mortelles. Les rickettsies sont des germes fragiles, de très petites dimensions (elles sont presque à la limite du visible). Endogénèse est la manière dont elles se reproduisent et souvent transmises par les poux, les tiques, etc.


Certaines fièvres exanthématiques, comme :

  • Le typhus exanthématique (maladie des rats, occasionnellement transmise à l'homme), sont répandues dans le monde entier.
  • Le typhus tropical ( fièvre fluviale), sont limitées aux tropiques asiatiques.
  • La fièvre boutonneuse (maladie d'origine africaine, transmise par la tique du chien), se rencontrent presque exclusivement dans certaines régions comme le bassin méditerranéen, bien que les tiques existent également en dehors de ces régions.


Sur les milieux de culture habituels on ne peut pas cultiver les germes a cause de parasitisme intracellulaire des rickettsies. Cette caractéristique les rapproche des virus.


Les premiers vaccins contre le typhus exanthématique ont été fabriqués en traitant les cultures naturelles de rickettsies qui se produisent dans l'intestin du pou. Cette méthode est efficace, mais coûteuse et de mauvais rendement. Aujourd'hui, on peut réaliser la multiplication des rickettsies en les inoculant dans le jaune d'un œuf de poule fécondé. A partir d'une quantité limitée de rickettsies ainsi obtenues, il est possible de préparer des vaccins efficaces.


Les rickettsies sont sensibles à certains antibiotiques, la chloromycétine et les tétracyclines en particulier. La découverte a radicalement transformé le pronostic et le traitement des fièvres exanthématiques, qu'il s'agisse du typhus tropical, ou encore de la fièvre pourprée des Montagnes Rocheuses, grave maladie observée dans les deux Amériques.